الرئيسيةالبوابةاليوميةمكتبة الصورس .و .جبحـثالأعضاءالمجموعاتالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 Need for Speed Shift

اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
golâa
VIP
VIP
avatar

ذكر عدد المساهمات : 428
نقاط الشكر : 4596
النقاط الذهبية : 0
تاريخ التسجيل : 09/09/2009

مُساهمةموضوع: Need for Speed Shift   الجمعة سبتمبر 18, 2009 10:18 am

-PS3-360
Need for Speed Shift

Toujour avec NFS Shift. Cette foit si vous éte amateur de jeux de
course mais que vous hésité a jouer ce jeu(peut-être a cause de la
qualité moyenne des deux volume précédent) ce test vous aidera
peut-être a mettre les points sur les i:

Solution espérée pour endiguer la spirale négative dans laquelle est
embourbée la série Need for Speed depuis quelques années, Shift
débarque plein de bonnes intentions. Pour l'occasion, l'univers NFS a
muté vers les courses sur piste, prônant un pilotage radicalement
différent de ses aînés.

Rien de tel qu'une remise en question totale ponctuée par une profonde
refonte du gameplay pour briser l'image d'une série qui a enchaîné les
épisodes moyens ces dernières années. Comme un symbole, c'est l'équipe
de Slightly Mad Studios qui s'est chargée du développement de Need for
Speed Shift. Les références de ces petits gars ne sont autre que GT
Legends et GTR 2, deux simulations PC sur lesquelles ils ont travaillé
aux côtés de SimBin, le développeur principal de ces derniers. Pour
autant, pas question de parler de véritable simulation ou de jeu
élitiste puisque Shift ne compte aucunement se couper du fidèle public
de la série NFS. Simplement, le moteur du jeu et sa physique offrent
bien plus de garanties, en termes de sensations, que les précédents
épisodes. Ceci ajouté au fait que l'on tourne (enfin) le dos à des
scenarii bidons, à des cinématiques lourdingues et à un esprit ras les
pâquerettes qui se limite à savoir qui a la plus grosse, Need for Speed
semble parti pour tirer des leçons de toutes les erreurs passées. Et si
elles n'étaient pas des erreurs, changer de cap apporte tout de même un
vent de fraîcheur sur le bitume brûlant de Spa, Silverstone ou encore
Laguna Seca !

Visuellement inspiré de GRID, Need for Speed Shift fait la part belle
aux épreuves de grand tourisme et aux voitures de courses réglées pour
dompter aisément les caprices de circuits assez torturés. Et comme
GRID, le jeu d'Electronic Arts s'est appliqué à proposer une vue
intérieure soignée et parfaitement jouable. Mais s'arrêter à ce constat
serait injuste pour cette fameuse caméra qui apporte en soi beaucoup
plus qu'un simple confort de jeu. En effet, tout l'intérêt du titre ou
presque tourne autour de cette vue cockpit, relativement innovante et
pourvoyeuse de sensations fortes. Chaque coup de volant, chaque
accélération, chaque freinage est ressenti via un mouvement de caméra
réaliste et pas exagéré, ce qui suffit à surclasser la majorité des
vues intérieures proposées dans les jeux de courses, simulations ou
non. Mieux encore, il s'agit davantage d'une vue à la première personne
qu'une caméra cockpit dans la mesure où le joueur est derrière les yeux
du pilote. Ainsi, à très grande vitesse, il verra sa vision se
troubler, notamment dans ses rétroviseurs qui, s'ils sont de base tout
à fait fonctionnels, voient alors leur utilité grandement diminuer.
Même constat lorsque le pilote heurte un rail de sécurité, une barrière
de pneus ou un concurrent adverse. Selon la force de l'impact, l'écran
se brouillera jusqu'à même devenir noir et blanc. Le joueur ressent le
choc et doit attendre que le pilote reprenne ses esprits avant de
pouvoir enclencher la première.

Le gameplay de Shift ne se résume cependant pas à cette vue puisqu'il
profite énormément du nouveau moteur de jeu pour accoucher de courses
beaucoup moins rigides et mono-rythmiques que dans les précédents NFS.
Ainsi, fini les voitures qui collent à la route et qui rebondissent sur
les rails de sécurité. Tête-à-queue et tonneaux sont fréquents,
agrémentant les courses de quelques erreurs commises par l'IA. Une IA
au passage très humaine et très variée, agressive sans être bornée à
vous sortir de la piste, fluide dans ses changements de direction... En
bref, on s'amuse et l'immersion est au rendez-vous. En revanche, tout
n'est pas parfait dans Shift, à commencer par son orientation première,
assez bourrine et telle que le laissaient suggérer les trailers
diffusés par EA. Ainsi, difficile de se faire une place dans le peloton
de furieux sans jouer des coudes, au point que l'on joue de tous les
vices pour faire déjouer chaque concurrent. Petite poussette par
derrière, queues de poisson, rentre-dedans... Vouloir dépasser chacun
de ses adversaires proprement est quasi utopique. Un peu dommage pour
un titre qui se tournait au départ vers des courses réalistes et dont
les stars sont des voitures de grand tourisme. D'ailleurs, on note
également que la conduite se fait tout en dérapage. Inutile de penser
pouvoir adopter une conduite classique avec ce genre de véhicules, à
savoir en freinage en ligne puisque les voitures glissent
systématiquement à partir du moment où l'on braque. Un temps
d'adaptation est nécessaire avant de maîtriser cet aspect assez obscur
du gameplay.

Cela dit, Shift se veut accessible dans la mesure où la toute première
course du jeu est en réalité un tour d'essai qui détermine votre niveau
de pilote. L'interface vous propose alors un premier paramétrage de la
difficulté, que ce soit au niveau de l'IA ou des différentes aides à
activer ou non. Antiblocage, contrôle motricité, contrôle stabilité,
dégâts... Libre à vous de le suivre ou d'y apporter autant de
modifications que vous le souhaitez. Mais au final, même en désactivant
l'intégralité des aides, Shift est un titre que tout néophyte peut
maîtriser assez rapidement puisque l'on demeure bien loin de l'exigence
d'un GTR pour ne citer que lui. Cette liberté n'est malheureusement pas
poussée à la configuration de touches puisque les allergiques au stick
analogique (pour la direction) et aux gâchettes (pour l'accélération et
le freinage) devront composer avec. S'il existe bien plusieurs
configurations distinctes, aucune ne permet d'accélérer et freiner avec
des touches classiques comme A et X sur 360 (croix et carré sur PS3) et
de tourner avec la croix directionnelle. Un petit point négatif qui
n'est pas qu'un détail puisque les courses de drift auraient notamment
gagné à jouir d'une telle prise en main. Des courses que l'on retrouve
dans le mode Carrière de Shift, alors qu'elles avaient disparu de
Undercover.

Le mode Carrière de Need for Speed Shift constitue la principale
attraction du jeu puisqu'en dehors de lui, le offline ne se pare que de
simples courses rapides. Le système de progression est assez classique
mais comprend quelques originalités, comme le profil de pilote. En
effet, à chaque fin de courses, un certain nombre de points d'attaque
ou de précision vous est attribué, déterminant ainsi votre profil de
pilote. Comprenez plutôt fin ou plutôt casse-cou. Ce profil détermine à
son tour les défis et occasions qui vous sont proposés par la suite.
Chacun ne vit ainsi pas sa carrière comme le voisin. En plus de ça,
l'utilisateur gagne des points de profil à chaque bon résultat, faisant
ainsi grimper son niveau général, et permettant au final de débloquer
de nouvelles courses. Tout ceci ne s'avère donc pas très original,
d'autant que l'on suit scrupuleusement les conventions quant à la
constitution d'un gros compte en banque permettant d'acheter de
nouvelles caisses et de les tuner par la suite, aussi bien
esthétiquement qu'en installant des packs d'améliorations au niveau du
moteur, du turbo, de la transmission, du freinage, des suspensions et
des pneus. Toutefois, les 65 voitures du jeu sont plutôt gâtées puisque
l'on compte un nombre impressionnant de jantes et vinyles en tout
genres. Précisons enfin que le mode Carrière est constitué de sorte à
ce que l'on y revienne inlassablement puisqu'il compte énormément de
petits défis à réussir en course (réussir un départ parfait, sortir un
adversaire de la piste, effectuer tant de dépassements propres, etc.).

Au total, on compte huit types de courses dans le mode Carrière. Si
l'on passe rapidement sur les courses classiques, à élimination,
d'endurance ou de contre-la-montre, le drift ne nous a pas fait très
forte impression, se présentant à la fois comme frustrant et trop
instable. En effet, même avec une bagnole montée pour cette discipline,
lancer un combo de dérapages est un vrai chemin de croix et réussir à
éviter tout survirage tient du prodige. Si les exigences de résultat ne
sont pas trop élevées, on peine tout de même à réussir un enchaînement
de virages sans terminer sa course en travers de la route, la tête dans
un rail de sécurité. Nous terminerons ce test par un mot sur le
multijoueur en ligne qui n'est pas de trop dans la mesure où le titre
fait malheureusement l'impasse sur le multi en local (comme tant
d'autres). Si la plupart des épreuves sont relativement classiques et
inspirées du mode Carrière (les parties avec classement rapportent
d'ailleurs pas mal d'argent), il existe des championnats un contre un
relativement dignes d'intérêt. Concrètement, il s'agit de duels
disputés au meilleur des trois manches. L'un des deux connectés part en
tête de la première et doit la conserver alors que son poursuivant a
pour mission de le doubler et de rester cinq secondes en première
position. Durant la seconde manche, les places s'inversent et en cas
d'égalité, une troisième manche est nécessaire pour départager les deux
joueurs. Ce principe se répète jusqu'à la finale du championnat et la
moindre défaite est éliminatrice !

Rivaol, le 15 septembre 2009

Graphismes 15/20
Pas exempt de tout reproche sur certaines textures ou même sur le
contour des voitures, Need for Speed Shift jouit cependant d'une
irréprochable fluidité. La plupart des modèles sont de petits bijoux de
reproduction fine et fidèle, ce que l'on constate notamment au moment
de faire notre shopping dans l'interface du jeu. Une interface soit dit
en passant très classieuse, ce que l'on paye durant les temps de
chargement, longuets pour ne pas dire interminables.

Jouabilité 16/20
La vue à la première personne apporte beaucoup au genre, au point qu'il
sera difficile de se réhabituer à des caméras intérieures moins
dynamiques que celles de Shift. L'immersion est totale et si le
gameplay n'est pas encore parfait et peine à coller avec la catégorie
de voitures du jeu, force est de constater que l'on ne s'ennuie guère
durant les courses de ce nouveau Need for Speed.

Durée de vie 15/20
Les courses s'enchaînent rapidement mais le mode Carrière abrite
suffisamment de défis pour que Shift devienne l'un des jeux les plus
"rejouables" du marché. Si l'on peste contre l'absence d'un mode
multijoueur en écran partagé, le multi en ligne est très soigné,
profitant de la grosse expérience d'Electronic Arts.

Bande son 15/20
En dehors de crissements de pneus peu crédibles, la bande-son n'est pas
vraiment critiquable puisque les sonorités des moteurs sont
parfaitement rendues. Problème, on passe son temps à déraper et à faire
souffrir les pneumatiques...

Scénario -
Note Rédaction 16/20
Need for Speed Shift place la série chère à Electronic Arts sur de très
bons rails, faisant fi d'une traite du passé récent des Most Wanted,
Carbon, ProStreet et autre Undercover. Nouveau concurrent à des titres
comme Race Driver : GRID ou à un degré moindre à la série des PGR, il
sait se démarquer par une caméra intérieure dynamique qu'aucun autre
jeu du genre n'avait osé utiliser. Fun et complet, il se place comme un
jeu de courses accessible capable de séduire à peu près tous les types
de joueurs. Et surtout les amateurs de dérapages.






الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو
 
Need for Speed Shift
الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
 :: منتدى ألعاب البلايستيشين-
انتقل الى: